Aller au contenu


Avant première: I Am Legend

I Am LegendMalgré le passage du prix des places de l’Uto Luxembourg à 8 EUR, il y a certains films dont la bande annonce m’avait réellement intrigué, et qu’il fallait que je vois absolument. « I Am Legend » en faisait partie… Gros rush à Luxembourg donc pour l’avant-première diffusée ce mercredi (qui a fait salle comble), de cette adaptation du roman SF de l’américain Richard Matheson.

Pour l’histoire, c’est ce bon vieux Will Smith qui se retrouve tout seul dans New-York, après qu’une épidémie ait dévasté la population. Un virus modifié, sensé combattre le cancer, s’est propagé, et a transmis une nouvelle forme de rage à tous les gens non-immunisés contre ce nouveau mal. Robert Neville (de son petit nom dans le film), coriace jusqu’au bout, reste persuadé qu’il va réussir à trouver un remède… « I can still fix this« .

Mon avis? je trouve que c’est le genre de film dont on attend un peu plus après les quelques bandes-annonce qui ont circulé. Il m’arrive parfois de ne pas du tout lire le résumé du film avant de me rendre à la séance (comme ce fut le cas pour celle-ci), et une fois la surprise lors de la découverte de ces gens contaminés dissipée, il reste un film de bonne facture, mais que je ne reverrai pas spécialement une deuxième fois. On retiendra quelques scènes attachantes entre Will Smith et Sam, sa chienne – personnage à part entière, mais aussi de très surprenants passages dans les rues complètement vides, et qui marquent bien le climat ambiant. Les quelques minutes dans le noir accentuent encore plus cette atmosphère opressante du « je suis seul mais pas tout à fait »… Le roman a l’air d’avoir reçu d’excellentes critiques, je serais curieux d’y jeter mes yeux pour me faire une idée sur l’oeuvre originelle. Même si, malheureusement, mon jugement risque d’être influencé par le film… Pour la petite histoire, j’ai d’ailleurs tenté l’aventure en achetant le livre « Le Prestige », qui aurait, selon les critiques, une dimension encore plus profonde que le film pour lequel il a servi de base. Ayant adoré le film, je devrais dévorer ce bouquin :-)
‘fin bref, pour en finir avec I Am Legend: une bonne surprise pour 2007, mais certainement pas ze movie of ze year. D’ailleurs, quel serait-il selon vous, ce film de l’année?

Ah, et peut-être un détail assez intéressant: c’est la première fois que j’ai l’occasion de voir un film diffusé en numérique (via la technologie DLP) à l’Utopolis. Et là, franchement, ca claque! Rien que l’intro THX en mettait déjà plein les mirettes, avec une image d’une définition épatante, mais également certains gros plans (entre autres) sur le visage de Will Smith qui affichaient un niveau de détail tout simplement superbe, avec des couleurs magnifiques.

Posté dans Movies. Tags , .

0 commentaire(s)

Quelques tags HTML sont acceptés

(obligatoire)

(obligatoire, mais ne sera pas diffusé)

ou faire un rétrolien depuis votre site.