Aller au contenu


Movie du week-end: Cloverfield

CloverfieldL’histoire se déroule à Manhattan. Tous les potes de Rob se sont réunis afin de lui faire une soirée d’au revoir avant son départ au Japon. Caméra à la main, son meilleur ami prend les petits messages de chacun, histoire d’immortaliser le moment. Tout ce petit beau monde va vite déchanter lorsqu’un tremblement de terre, ou, du moins, ce qui est au départ considéré comme tel, vient troubler la fête. Manhattan est attaquée par une force mystérieuse…

Produit par J.J. Abrams (« Lost« ), Cloverfield a été l’objet d’un buzz massif sur Internet, depuis les tous premiers teasers montrant simplement cette petite surprise-party New Yorkaise virant au drame. Aucune autre info n’avait filtrée – si ce n’est que le film parlait d’un gigantesque monstre, les acteurs étant tenus au secret par leur contrat. Toute l’histoire se déroule en caméra subjective,
un peu façon Blair Witch Project, mais dotée d’effets spéciaux assez impressionnants (comme la tête de la Statue de la Liberté qui vole en pleine rue – hommage à New York 1997 de Carpenter, où l’on voit également la tête sur l’affiche originale).
Ca bouge dans tous les sens, j’espère que vous n’avez pas la nausée face aux mouvements brusques de caméra, parce que là, ca n’arrête pas! Seules quelques scènes de calme permettent de se reposer un peu les yeux…

New-York 1997Le film vaut-il tout ce buzz? L’histoire en elle-même n’est pas nouvelle/extraordinaire (un monstre qui attaque une ville, des gens affolés, des militaires pour défendre tout ça), mais tout ce qui est autour, l’est:
on est vraiment plongés dans l’action, on fait presque partie de tous ces gens qui veulent fuir la menace. La caméra subjective fait super bien son boulot, ca donne une toute autre dimension au film et aux personnages qui restent malgré tout le point central de l’histoire. Je dirais juste que cette caméra a parfois un peu trop la bougeotte à mon goût. Les effets spéciaux sont excellents, la ville est dévastée et on en redemande. La diffusion à l’Utopolis Luxembourg est faite en DLP, et, une fois de plus, images et couleurs excellentes et précises!
Je ne dévoilerai aucun autre détail de l’histoire, je pense que le mystère doit rester entier vu que c’est ce qui motive principalement le film :)

Au final, si vous aimez les mystères, les films de monstres, les villes dévastées (il faudrait compter le nombre de fois que New-York a été détruite au ciné!), et les effets spéciaux qui en foutent plein la vue, alors go go go! En tout cas, j’y suis allé avec comme intérêt principal les moyens techniques mis en place pour ce film, ainsi que pour la manière de filmer, sans trop me soucier de l’histoire, et j’ai aimé.

Posté dans Actu, Movies. Tags , .

0 commentaire(s)

Quelques tags HTML sont acceptés

(obligatoire)

(obligatoire, mais ne sera pas diffusé)

ou faire un rétrolien depuis votre site.