Aller au contenu


Synology CubeStation CS-407e, fileserver et plus, si affinités

Fin 2008, je me suis équipé d’un fileserver, chose que je devais faire depuis des lustres.  En effet, disposant d’un PC multimedia dans mon salon, cela devenait de plus en plus ennuyant de débrancher/rebrancher/débrancher/…  un HD externe USB.  Il me fallait vraiment investir dans une solution réseau, de type NAS.  Le dilemme se pose alors: construire une machine soi-même, ou opter pour une solution toute faite.

Avantages et inconvients

Construire sa machine
+ personnalisation
+ machine performante à faible coût
+ en cas de panne, disponibilité relativement immédiate de pièces de remplacement
– coût pour obtenir le silence
– consommation électrique
– place occupée

Solution toute faite
+ composants optimisés, faible consommation électrique
+ facilité de mise en oeuvre
+ petitesse de certains boitiers
– dépendant du constructeur (SAV, …)
– prix à mettre pour une machine performante

Etant principalement à la recherche d’une solution faible consommatrice en électricité, petite et silencieuse, j’ai opté pour un modèle de la gamme du constructeur taiwanais Synology.

Synology CS-407e

Le modèle choisi est le CS-407e:
– CPU à 266Mhz
– 64MB de ram
– 4 baies pouvant accueillir des disques SATA(II), capacité totale de 4TB, en RAID 0/1/5/6
– LAN Gigabit, ports USB (pour disque externe, imprimante, UPS)
Toutes les specs sont disponibles sur le site Synology.com

J’ai installé la bête avec 4 disques de 500MB en RAID 5, ce qui porte l’espace disponible à environ 1500MB (RAID 5 = total des disques – 1).  La première installation fut un peu laborieuse, mais la faute en revenait totalement à l’un des 4 disques, défectueux à l’arrivée.  J’ai tenté de construire le RAID 3 fois, tâche qui prenait environ 20h à chaque fois :-)  Après un formattage low level du disque incriminé, tout est rentré dans l’ordre.

syno-boitier-1syno-boitier-2syno-boitier-3
syno-boitier-5syno-boitier-6syno-boitier-7

La distribution Linux à bord permet au CubeStation de booter en 1 minute 30, environ.  Des indicateurs visuels sur le boitier montrent l’état de la machine (état des disques, état du réseau), et un bip se fait entendre dès qu’elle est disponible après le démarrage. Le silence n’est pas absolu, le bruit du seul ventilateur arrière couplé aux bruits de fonctionnement des disques ne le rend pas aussi silencieux que je l’aurais espéré.  Je ne le laisserai donc pas dans mon salon (je déteste les bruits de fond de ce genre), il ira dans le bureau, avec un câble réseau tiré jusqu’au routeur dans le salon.  Oublions le wi-fi, le taux de transfert étant catastrophique pour streamer des medias un tant soit peu gourmands en bitrate.

Dans la foulée, j’ai également opté pour l’achat d’un UPS afin d’éviter les micro-coupures éventuelles: l’APC 700VA.  Branché sur le Synology via son port USB, cet UPS est directement reconnu et pris en charge par le NAS.  Vous pouvez déterminer dans la configuration du NAS le temps après lequel il doit s’éteindre (proprement) si une coupure de courant devait survenir.

Une interface web ajaxifiée!

La gestion du NAS se fait entièrement via une très belle et très pratique interface web: gestion des disques, gestion des users, des accès ftp, des dossiers partagés, des services (telnet, …). Certains modules sont activables à côté de l’interface de gestion, comme
– la Photo Station, pour héberger vos galeries
– la Download Station, qui gèrera vos téléchargements d’iso Linux sur les réseaux bittorrents, newsgroups, ftp, http, …
– le serveur iTunes: vous uploadez vos chansons sur le Synology, qui, après indexation, sera visible sur votre réseau local dans votre application iTunes.

syno-interface-1syno-interface-2syno-interface-3

Personnalisation, mises à jour

Le package fourni de base est déjà tout à fait intéressant.  Cependant, quelques applications peuvent vite se rendre indispensables, comme des outils pour décompresser les archives :)  C’est là qu’intervient le bootstrap: après activation de l’accès SSH, et installation d’une petite application, vous aurez accès en ligne de commande à un manager de packages (tel aptitude), se nommant iPkg. Ensuite, un petit coup de : iPkg install <lepackage>, et le tour est joué.  Plus d’infos sur la technique du boostrap ici, et un tuto pour l’installation par là.

Des mises à jour officielles sont également fournies sur le site du fabricant, sous forme de « firmwares ». La prochaine à voir le jour inclura d’ailleurs un nouveau module: la Mail Station (accès webmail, SMTP, POP3 et IMAP).

Performances

Pour une machine de ce gabarit, les performances sont honnêtes.  Le matériel embarqué ne fait pas dans la haute voltige, mais suffit amplement pour les tâches auxquelles sont destinées ce NAS. Niveau transfert sur mon réseau local (100Mbps), j’ai pu mesurer des débits de l’ordre 10MB/sec en lecture.  Certes, nous sommes très loin du débit des disques eux-mêmes en RAID, mais n’oublions pas que nous sommes en réseau.  Le CPU peine un peu lors de tâches plus complexes comme la décompression d’archives et la réparation de fichiers incomplets via des techniques comme les fichiers PAR2, mais bon, à 266Mhz, on ne va pas non plus lui en demander de trop!

Happy!

Au final, je suis plutôt satisfait de cet achat.  Très facile à mettre en place, équipé d’une distribution Linux customisable via le bootstrap et iPkg, faible consommateur d’électricité, et prix relativement intéressant: 340 euros pour ce modèle CS-407e, puis 50 euros par disque de 500MB, pour un total d’environ 550 euros.  Les performances conviennent à l’utilisation que je souhaitais en faire: serveur de media, stockage de photos, et download station.

Il me reste à trouver la solution à un problème de streaming, mais qui n’est nullement lié à ce CubeStation: un transfert en FTP ou Samba, depuis le Synology, affiche une vitesse d’envrion 10MB/sec, ce qui est actuellement amplement suffisant pour une video encodée en 1080p.  Par contre, la même video en streaming avec une application du type KMPlayer, installée sur un client Windows, ne passe plus du tout: le débit tombe dramatiquement à 2MB/sec grand maximum…  Si quelqu’un a des pistes à proposer, je suis preneur :)

Posté dans Tech. Tags , , .

4 commentaire(s)

  1. Reste plus qu’à intégrer un client bittorrent qui fetch

    http://www.torrentz.com/search?q=1080p

  2. Je crois qu’il a déjà tout ce qu’il faut ce de côté là :)

  3. Roberto Paul dit

    Hello,
    Penses-tu qu’on puisse bricoler l’installation d’un plus gros vetilo, un 12 cm par exemple ?

  4. Salut,
    je viens de vérifier le panneau arrière du syno, sur lequel est monté le ventilo. Le panneau fait très exactement 14cm de haut, et le ventilo de 8cm actuellement installé, est fixé à 1,3cm du bas de ce panneau. Je pense que ca peut donc rentrer, mais ca sera très très juste. Il faudra également revoir les ouvertures du panneau pour correspondre au nouveau ventilo, un petit boulot de drémel en vue :)

Quelques tags HTML sont acceptés

(obligatoire)

(obligatoire, mais ne sera pas diffusé)

ou faire un rétrolien depuis votre site.